Harina de maíz criolla ou harina con sal

Harina de maíz criolla ou harina con sal

Le délicieux Tamal en Cazuela, est un autre des plats les plus remarquables de la cuisine antillaise typique à base de maïs sucré et de porc. On vous invite donc à suivre ces étapes et recommandations afin que vous puissiez déguster une délicieuse délicatesse avec une saveur cubaine incomparable.

C’est une bouillie de farine de maïs, assaisonnée aux fines herbes aromatiques et enrichie de petits morceaux frits de viande de porc, du jambon ou du lard. Ce plat doit être servi très chaud et peut-être accompagné d’un œuf frit et de l’avocat aux oignons blancs, ou encore d’autres fines herbes aromatiques de votre choix.

Ce plat aurait vécu pourtant le même sort que les pois chiches à Cuba. Pendant très longtemps la farine de maïs nous rappelait, non sans quelque chagrin, les moments les plus difficiles de l’économie cubaine, lorsque l’aventure d’alimenter la famille était pour nous un défi relevé au quotidien, dont le fantôme nous hante à nouveau.

C’est peut-être logique alors, que la plupart des cubains, surtout les citadins, préfère d’écarter de leur menus ce plat, devenu pour certains, signe d’une époque passée de grandes pénuries.

Cette préparation tellement typique et traditionnelle demeure cependant très vivante dans le milieu rural …et c’est vraiment délicieux.

La même farine de maïs préparée avec du sucre au lieu de sel, du lait à la place de sofrito, de la pelure de citron et de la cannelle en poudre à la fin, devient alors un dessert terrible chez les paysans. La harina de maíz dulce.

Les ingrédients:

▪︎720 g de farine de maïs.

▪︎2 oignons blancs.

▪︎1 douzaine de gousses d’ail.

▪︎4 à 6 piments ou un poivron.

▪︎2 feuilles de laurier.

▪︎3 à 4 feuilles de coriandre.

▪︎180 g de ciboulettes finement coupées.

▪︎1 cuillerée à soupe de sauce de tomate.

▪︎1 cuillerée à café de sauce soja.

▪︎de l’huile végétale.

▪︎400 g de viande de porc émincée ou du lard.

▪︎du sel et du poivre.

La préparation:

Il aurait fallu tremper la farine de maïs dans de l’eau depuis la veille soir dans une grande casserole. Volume d’eau égale à minimum 3 fois le volume de farine.

Nous allons faire bouillir la farine de maïs à feu doux jusqu’à ce qu’elle soit bien ramollie. Cela prend environ 30 minutes.

En attendant, nous allons, dans une poêle, préparer séparément le Sofrito, c’est à dire la sauce qui relève le goût du plat en question.

Nous devons alors faire sauter les morceaux de porc ou de lard dans l’huile végétale jusqu’à ce qu’ils commencent à dorer. On rajoute ensuite l’oignon et l’ail finement coupés, les piments ou le poivron coupés également, les feuilles de laurier et de coriandre, les ciboulettes hachées et une pincée de poivre.

Finalement on ajoute la sauce de tomate et soja et, le tout bien mélangé, va être versé dans la casserole avec la farine de maïs dont le volume aurait augmenté après la cuisson.

On va bien mélanger tout ça et y mettre du sel au goût personnel.

Il faut continuer de cuire à feu très doux pendant à peu près 1 heure de plus. Vous saurez que c’est prêt à voir de petits bouillons éclater en surface d’une texture plutôt épaisse, presque crémeuse.

C’est un plat à servir pendant qu’il est chaud. Pour équilibrer la température au palais une bonne tranche d’avocat frais avec des oignons blancs suffisent, ou bien quelques olives.

Chez mes aïeux paysans, on servait toujours un œuf frit en plus, pour bien alimenter le petit.

En tout cas le petit a bien grandi et la bonne sieste était aussi une chose garantie.

Merci à René López Zayas
 Et Rebellecuba pour cette recette

Leave a Reply