Savez-vous ce que signifie le mot «bola» à Cuba

Savez-vous ce que signifie le mot «bola» à Cuba

La bola (balle) à Cuba serait un peu comme la cosa (chose), tout le monde peut avoir une signification différente. La bola peut être par exemple le potin, les rumeurs, ou tout simplement la balle dans un match de baseball.

Le morceau de bœuf ou de porc tendre et fin, généralement utilisé pour retirer les steaks, est appelé «bola» de viande.

Le jeu de billes pour enfants est également connu sous le nom de «bolas» par tous les jeunes cubains. Vous pouvez avoir aussi une « bola » de « bolas » (beaucoup de billes).

Lorsqu’on se réfère à un grand nombre d’animaux, de choses ou de personnes au même endroit, on dit souvent qu’il y avait un « bolón » ou une « bola de gente », par exemple.

Dans le cas des enfants qui sortent jouer dans la rue, ils peuvent rentrer à la maison devenus une « bola de churre » …ou de sueur (très sale).

De plus, ce mot est utilisé pour indiquer que quelqu’un était très méchant ou terriblement inquiet pendant son enfance (c’était une « bola de humo »).

Au baseball, un joueur fait rebondir, «botar la bola» lorsqu’il frappe un coup de circuit.

Lorsque vous frappez la « bola en la misma costura » (dans la même couture), c’est parce que vous faites quelque chose de très bien et quand il s’agit de cacher la « bola », cela signifie que certaines informations sont cachées.

Quand on dit qu’il y a eu un «cambio de bola», cela signifie que ce qui devait être fait à l’origine a été changé et si quelqu’un vous dit que vous mangez des «bolas», c’est parce que vous faites les choses mal. Un « come bola » est une espèce d’imbécile.

Celui qui est guidé par n’importe quelle « bola » est celui qui est emporté par n’importe quel type d’information ou de personne et celui qui prend une mauvaise « bola » est parce qu’il a pris une mauvaise décision. Partir sans « bola » signifie que vous avez échoué.

Dans le cas où la « bola pica y se extiende » (rebondit et roule loin), c’est parce qu’une attente ou une situation se développe plus qu’attendue. Lorsque vous mettez beaucoup d’efforts ou d’intérêt dans quelque chose, cela signifie que vous mettez beaucoup de «bola» dedans et que si vous touchez la « bola », vous avez fait ce que personne ne s’attendait.

Aujourd’hui, nous suivons de près une « bola » qui commence à rouler avec force, portée notamment par le désir optimiste du Cubain de se rapprocher de plus en plus de sa vie normale et par le besoin pressant du pays de remettre son économie sur les rails, dont le tourisme est une pièce fondamentale .

Tout indique que la capitale cubaine du tourisme va bientôt entreprendre ses activités à l’échelle internationale.

De nombreux employés des hôtels de Varadero sont convoqués présentement pour la réouverture imminente de certaines installations hôtelières.

Certaines sources extraordinaires suggèrent en même temps l’intention de rouvrir la péninsule d’Hicacos vers la mi-octobre. Plusieurs agences de voyages entament progressivement leurs démarches de promotion et de réservation pour les marchés européens et canadiens.

On parle du démarrage prochain de certaines installations hôtelières depuis la calle K et jusqu’à Punta Hicacos.

Dans cette première étape, les installations suivantes seraient vraisemblablement disponibles à Varadero :

??Le Patriarca

??Melia Peninsula Varadero

??Iberostar Bella Vista

??Playa Vista Azul

??Grand Memories Varadero

??Swandor Varadero Beach (ancien Fiesta Americana)

??Roc Arenas Doradas

??Muthu Playa de Oro

??Iberostar Tainos

??Tuxpan

??Sol Palmeras

??Royalton Hicacos

??Iberostar Varadero

Cependant, il serait un peu juste pour faire une annonce officielle de réouverture seulement deux semaines à l’avance, pour mettre en place tous les mécanismes propres à l’organisation des agences de voyages et des compagnies aériennes internationales, et espérer que les voyageurs commencent à arriver en masse dans ce pays en si peu de temps.

Je crois personnellement que tout est en train d’être préparé pour faire face à la prochaine saison de croissance touristique et que, début novembre, nous assisterons à la réouverture définitive du tourisme international tant attendue, et si nécessaire à la revitalisation de l’économie nationale.

Ce ne sont que des rumeurs, il est vrai, mais qui font déjà beaucoup de bruit, et puis… quand « el río suena, es porque piedras trae », si la rivière sonne, c’est qu’elle apporte des pierres, c’est-à-dire, dans une si grande rumeur il doit y avoir quelque chose de vrai.

Soyons optimistes et espérons de tout cœur la légitimité de cette nouvelle « bola » cubaine.

C’est donc a très bientôt peut-être, au retour à Varadero, partout à Cuba et en toute sécurité. En attendant cependant, et au cas où, touchons du bois.

Merci à René López Zayas et Rebellecuba pour cet article.

Leave a Reply