Palma City, la ville allemande qui était autrefois à Cuba

Palma City, la ville allemande qui était autrefois à Cuba

La ville de Palma City a été fondée au début du XXe siècle par un groupe d’immigrants allemands, sur la côte nord de la province de Camagüey. On dit que ses rues parfaitement aménagées et que ses maisons rappelaient les propriétés de campagne de l’état germanique du vieux continent.

C’était les propriétaires américains de la San Jose Fruit Company; qui leur avait vendu les terrains d’un soi-disant paradis pas cher, l’espace parfait pour faire prospérer leur colonie de rêve.

Le 12 mai 1905, après la signature des contrats correspondants, le premier groupe d’immigrants atteint les plages de la baie de La Gloria, où au-delà de quelques quais branlants par le salpêtre et l’âge, il n’y avait que des marécages à débroussailler.

La colonie a commencé à prospérer, les plantations d’agrumes à fleurir, et il ne fallut pas longtemps avant qu’une série de magasins, l’église, les promenades et le cinéma, rendent la vie rurale de la ville de Palma City beaucoup plus supportable et pittoresque.

Pour ne pas laisser mourir leurs racines, ils se sont apparemment forcés à pratiquer la langue maternelle comme première leçon dans chaque famille. À leur tour, ils ont maintenu les coutumes de leur pays dans chaque célébration traditionnelle.

Le début du déclin de leur communauté survint pendant la deuxième guerre mondiale. Il y a une forte probabilité historique que les habitants de cette ville aient collaboré avec les sous-marins Allemands qui ont mené l’attaque navale à proximité de Nuevitas et coulé deux cargos. Puisque la Havane avait à l’époque déclaré la guerre aux nazis.

Ernest Hemingway avait supposé que les sous-marins auraient eu leur cachette dans certains des recoins de cette côte. Il a eu beau chercher, il n’a jamais trouvé pas une seule trace des submersibles.

En tout cas, Palma City était dans la ligne de mire de l’écrivain lorsqu’il a observé ses côtes pendant de nombreux mois entre 1942 et 1943. Le pêcheur téméraire et son yacht Pilar furent chanceux de ne pas croiser de sous-marin nazi du tout dans leur aventure.

Par la suite, les colons allemands ont été naturellement accusés d’avoir fourni des provisions et des informations aux militaires allemands. Ensuite, la plupart des habitants du village fut enfermée dans des camps de concentration et seuls quelques femmes et enfants sont restés dans la ville. Cependant, la certitude d’une telle conspiration n’a jamais été enregistrée.

À la fin de la guerre, les Allemands ont commencé à assimiler de bon gré les pêcheurs, les fermiers et les charbonniers cubains à la ville, ce qui a fait disparaître petit à petit leurs racines. La patrie des enfants n’était plus celle des parents.

Un peu plus d’un siècle après sa naissance, la mythique colonie allemande aurait pratiquement perdu son identité et survit à peine à la fin des temps.

Aujourd’hui, dans la ville de Palma City, une communauté de la municipalité d’Esmeralda, même l’ancienne église a succombé au cours inexorable du temps, de l’apathie et de la négligence. On ne trouve plus de nos jours que des lambeaux épars des noms de famille originaux, et certains vestiges métissés de leur physique typique.

Il ne reste, miraculeusement, qu’une maison qui semble arrêtée dans le temps, refusant de disparaître à jamais comme le reste d’une histoire que personne n’a jamais prise en charge d’écrire.

Photo: Internet.

Merci à René López Zayas et Rebellecuba pour cet article.

Leave a Reply