Éperlan (de pescado).

Éperlan (de pescado).

C’est ce qu’on appelle à Cuba une élaboration à base de plus ou moins fines tranches de poisson, de préférence de chair blanche, panée et frite.

On suppose que ce plat a commencé à recevoir ce nom en raison de sa similitude avec une espèce de poisson marin, de la famille des saumons mais très petite, qui habite les mers de l’Atlantique Nord et de l’Europe.
Il est communément appelé éperlan en français. Il est généralement consommé entier et frit, car toutes ses parties sont comestibles.

Vous pouvez également trouver à Cuba un aliment similaire, des bâtonnets de poisson, fish sticks, produits industriellement avec du poisson, de forme rectangulaire et allongée, panés et prêts à frire. Mais ça… ce n’est pas d’éperlan cubain.

Je garde un souvenir très particulier des « fish sticks » car dans les années 1990, ces petites croquettes de poisson sont devenues la base nutritionnelle du régime alimentaire des étudiants universitaires à La Havane.

Il n’y avait pas un seul jour où nous n’avions pas le droit à une unité de fish sticks dans le restaurant universitaire, seulement jamais frits, car il n’y avait pas de graisse du tout à l’époque, ils étaient donc cuits au four et souvent très secs, un peu insipides et surtout très durs, rien qui empêche certains étudiants affamés et déterminés de dévorer une telle délicatesse, même celle de nos voisins de table qui la rejetaient parfois. Quelle festin à midi.

Donc, pour revenir à la recette d’aujourd’hui, nous appelons cette préparation facile et délicieuse Eperlán de pescado à Cuba, que nous pouvons manger en entrée ou en plat principal, mais toujours accompagnée d’une sauce aigre-douce, de sauce rose ou de sauce tartare, ou de miel et moutarde ou simplement avec du jus de citron vert.

Ingrédients :

1 kg de poisson de votre choix
Jus de citron (au goût)
Du sel au goût
De la noix de muscade râpée
Gingembre râpé
Poivre au goût
200 g de farine
200 ml de lait, de bouillon de poisson, ou de l’eau, pour fluidifier la farine
1 oeuf
2 cuillerées à café de sésame (facultatif)

Préparation :

Coupez le poisson en tranches, fines et allongées, ou de petits morceaux plus gros. Faites mariner avec du citron, du sel, du poivre, du gingembre et de la muscade. Attendez une heure pour qu’il macère bien.

Préparez la farine avec le lait ou le bouillon de poisson. Pour faire la pâte, le liquide sera ajouté petit à petit à la farine, en remuant pour que les ingrédients soient bien mélangés. Faites attention que ce ne soit pas trop fluide. Ajoutez ensuite le jaune d’oeuf et continuez à remuer.

Battez le blanc jusqu’à ce qu’il devienne une mousse ferme et ajoutez-la à la préparation précédente. Ajoutez aussi un peu de sel et une pincée de sucre.

Faites chauffer beaucoup d’huile. Enrobez les tranches de poisson avec le mélange précédent.
Faites-les frire dans l’huile chaude et abondante jusqu’à ce qu’elles soient dorées et croustillantes.

Servir et accompagner de légumes ou d’une sauce de votre choix. Parfois, il est bon d’ajouter des graines de sésame à la préparation de la pâte.

En un mot, c’est une dégustation inoubliable, tout comme les fameux fish sticks des années universitaires, mémorables certainement, mais différemment.

Merci à René López Zayas et Rebellecuba pour cette recette.

Leave a Reply